De Bruxelles à Bogota : l’énergie quasi-rituelle de Juan-Pablo Carreño

.

Peu de mots pour cette page dont le noir sied si bien à certaines situations qui endeuillent à certains moments la préparation du festival…

Mais trêve de lamentations, car fort heureusement la musique vivante, celle qui se fait jour après jour devant nous, manifeste encore et toujours son incroyable vitalité. Vive le XXIe siècle ; et retour en Amérique Latine cette semaine avec une nouvelle rencontre passionnante. Celle que j’ai eu l’occasion de mener récemment avec Juan-Pablo Carreño, jeune compositeur colombien d’une trentaine d’années, qui s’est prêté aimablement au jeu des questions. L’enjeu est d’importance. Pensez-donc : l’artiste réside actuellement à la Villa Medicis de Rome. Il est de plus l’un des membres fondateurs de l’Ensemble Le Balcon dont on a déjà tant parlé. Et qui plus est, un compositeur extrêmement prolifique, engagé et passionné par les différentes formes d’Art. On pourra l’entendre lors du pré-concert du 8 mars. Mais sa présence aujourd’hui dans ce blog nous démontrera surtout, une fois de plus, la variété des multiples approches possibles de la création musicale  aujourd’hui.

Je n’écrirai pas plus pour manifester l’urgence de découvrir ci-dessous l’interview  audio d’une des personnalités fortes issues de ce petit groupe de compositeurs colombiens qui s’activent ardemment en France depuis quelques années. Et petit scoop, certains ont même bien voulu poser devant mon objectif pour la postérité… Qui sait, vous les rencontrerez peut-être au détour de l’un ou l’autre concerts de leurs oeuvres ? Certains sont déjà fortement ancrés dans la vie professionnelle, d’autres encore en formation dans la capitale-lumière. Mais des personnalités fortes qui ne laisseront personne indifférent.

Juan-Pablo Carreno / Juan-Camilo Hernandez Sanchez / Violeta Cruz

.

Et du visuel au sonore, il n’y a qu’un pas. Place donc à l’audio !

.

[audio https://ledouxclaude.files.wordpress.com/2012/02/carreno-entretien1.mp3]

Entretien 1 (4’52 »)

Où Carreño nous parle du Bacon dont il est un des membres fondateurs. Il rebondit ensuite sur les relations culturelles existantes entre la Colombie et la France depuis le début du XXe siècle, le temps d’une petite référence à la musique de Guillermo Uribe Holguin (avec un extrait des 3 Danzas pour orchestre de ce dernier – Württembergische Philharmonie Reutlingen, Gabriel Castagna, dir.)

.

[audio https://ledouxclaude.files.wordpress.com/2012/02/carreno-entretien2.mp3]

Entretien 2 (5’48 »)

Dans ce deuxième extrait, le compositeur nous parle de sa vision des rencontres entre cultures mondiales au XXIe siècle. Il propose aussi quelques arguments concernant sa situation de compositeur colombien pris entre son pays et l’Europe.

avec un extrait de Negatifs (par Le Balcon) à 4’30

.

[audio https://ledouxclaude.files.wordpress.com/2012/02/carreno-entretien3.mp3]

Entretien 3 (6’16 »)

Petit autoportrait, avec un témoignage émouvant de son vécu personnel immiscé dans sa relation à la musique ; et un extrait d’une œuvre forte, remarquable, à ne pas manquer malgré sa violence intrinsèque… Ronde, autour d’une machine à sous (à 3’18 »)

Pour étayer cette écoute, quelques commentaires du compositeur sur l’oeuvre :

Dans Ronde autour d’une machine à sous, l’utilisation du « si » comme axe central et la récurrence de l’utilisation des triangles qui articulent la forme, sont inspirées de l’œuvre Sola de Rodolfo Acosta, pour soprano et triangles – comme le rien pourrait inspirer le tout ou le chaste la luxure. Et le « si », comme dans Négatifs, signifie la même chose que pour Berg dans Wozzeck et pour Jacqueline Nova dans Los doce mobiles. Cela signifie la mort. La bande tente d’imiter le son d’une scie électrique, instrument utilisé en Colombie pour découper des paysans vivants. L’alto essaie d’imiter la scie électrique de la bande, avec un son sale, oppressif. L’alto et la bande à la fois symbolisent le compositeur qui cherche à s’approcher de l’intensité de la mort qu’il n’a jamais vue de près. Ronde commence par l’alto qui joue seul le si aigu comme un cri ou une invocation, et se termine par un solo d’électronique, masquant progressivement l’alto, qui ne joue pratiquement que le si aigu pendant deux minutes : c’est le faux son de la scie, voilà la trivialité de cette œuvre, qui fait taire le cri évocateur de la mort.

Mais comment reproduire un son que l’on ne connaît pas ?
Y a-t-il un sens à essayer d’imiter le son d’une scie électrique, quand inévitablement le résultat, aussi ressemblant soit-il, ne contiendra jamais ni cette colère, ni cette rage, ni ce dégoût, ni cette impotence, ni cette souffrance? 

.

Que dire encore après le choc de la musique et des mots ? Sinon de revenir à des choses plus terre à terre et de rappeler que Juan Pablo Carreño est depuis l’automne dernier pensionnaire à la Villa Medicis de Rome. Lieu prestigieux dont il nous dévoile quelques bruits de couloirs d’ombres, tout autant que de ces projets futurs qu’il y développe.

.

[audio https://ledouxclaude.files.wordpress.com/2012/02/carreno-entretien4.mp3]

Entretien 4  (5’11 »)

 .
Rendez-vous est donc donné pour découvrir deux compositeurs colombiens le 8 mars… Nous y serons vite ! Et n’hésitez pas à réserver dès maintenant car les places sont comptées.
.
.
Publicités

~ par ledouxclaude / Ars Musica 2012 sur 16 février 2012.

Une Réponse to “De Bruxelles à Bogota : l’énergie quasi-rituelle de Juan-Pablo Carreño”

  1. Dear Mr. Ledoux,
    I’m sorry for your problems, my encouragement from Barcelona.
    Do you mean that a reservation must be done for the « pre-concert »?
    My aim was to take a short look at 19 h with the familiy and then come back alone to the concert itself.
    Best regards,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :